Sélectionner une page

B.I.M.

Blockchain In Media

Blockchain in média (B.I.M.) est un programme de recherche, issu de l’unité de recherche ECOLAB de l’ESAD Orléans, dont le champ d’investigation consiste à penser le design du temps à partir du design de la blockchain. Utilisée pour développer des crypto-monnaies comme le bitcoin, la blockchain ou “chaine de blocs” désigne une technologie de stockage numérique de transactions, en principe ineffaçable et infalsifiable, aux applications bien plus larges.

Parti pris

Tout médium enregistrant l’activité humaine modifie non seulement la perception que nous avons du temps présent, mais également notre rapport à l’archive, au passé et à l’histoire. Dans l’optique de questionner empiriquement cette hypothèse, B.I.M. a créé sa propre chaîne de blocs et l’a indexé sur une unité temporelle alternative : le cycle des marées déterminé par la rotation de la Terre et l’attraction du soleil et de la lune.

Recherche

Notre recherche visera à étudier de quelle manière la Chaîne de blocs constitue le déploiement des potentialités du médium informatique visant à temporaliser l’espace des transactions humaines. En ce sens elle participe à une archivisation du monde automatisée qui vient redessiner les conditions de construction du passé et du futur social (par exemple, par les smarts contracts) et par là-même du monde commun.

Expositions 

S’il est courant de parler d’un design d’espace, n’existe-t-il pas aussi un design du temps ? Nos appareils d’enregistrement, de stockage et de manipulation de données affectent la perception que nous avons du temps présent ainsi que notre rapport à l’archive, au passé et à l’histoire. Blockchain in Média cherche ainsi à penser le temps à l’aune de l’archivisation du monde, notamment par les blockchains

Quelques champs de recherche

Genesis blockchain

La Genesis blockchain est un prototype créé intégralement par le collectif BIM. Il répond à deux questions : faire calculer des ordinateurs avec le moins d’énergie possible et utiliser la hauteur des marées pour influer sur le temps et la puissance de calcul. Cette blockchain est encore embryonnaire. Le visiteur est invité à découvrir son organogenèse, c’est-à-dire son développement.

Une revue

La Genesis blockchain envisagée comme un outil éditorial et graphique, permettant d’obtenir à la fois des effets graphiques et un nouveau type d’écriture, infalsifiable bien qu’il vienne de caractères pixellisés.

Objets connectés

Des interfaces de mesures temporelles sont connectées à la Gensis blockchain afin de produire une mesure du temps alternative.

Équipe

Enseignant.e.s-chercheur.e.s de l’ECOLAB : Lionel Broye (direction), Florent Deloison, Victor Guégan, Emmanuel Guez, Marie Lechner.

Etudiant.e.s-chercheur.e.s associé.e.s en DSRD
Gaël Goutard, Basile Jesset, Morgan Stricot.

Équipe de recherche : Lionel Broye (artiste, ÉSAD Orléans), Benjamin Cadon (La Labomedia – Orléans), Florent Deloison (artiste, PEA, ÉSAD Orléans), Baruch Gottlieb (Brandenburgische Technische Universität Cottbus), Victor Guégan (historien du graphisme, PEA, ÉSAD Orléans), Emmanuel Guez (artiste, théoricien des média, directeur de l’ÉSAD Orléans), Lucile Haute (artiste, maîtresse de conférences, docteure en arts plastiques, ENSAD Lab et université de Nîmes), Serge Hoffman (artiste, Responsable du Pôle numérique de l’ENSAV La Cambre, Bruxelles), Aude Launay (commissaire d’exposition), Anthony Masure (responsable de la recherche, HEAD-Genève), Vincent Rioux (artiste sonore, Responsable du Pôle numérique des Beaux-Arts de Paris), RYBN (collectif artistique), Morgane Stricot (conservatrice en chef du département d’arts numériques du ZKM Karlsruhe).

Partenaires

Collège international de philosophie

École Nationale Supérieure des Arts Visuels de La Cambre (Bruxelles, Belgique)

La Labomedia (Orléans)

ZKM (Karlsruhe, Allemagne)

École Nationale Supérieure de la Photographie (Arles)

Haute École d’Art et de Design (Genève, Suisse)

Université Technique de Cottbus (Allemagne)

Nous contacter

3 + 9 =